54 ème Jour Dobreta-Turnu-Severin Calafat 137 Kms ! L’entrée en matière pour notre séjour en Roumanie est contrastée. Compte tenu des incertitudes du départ sur le trajet du jour, nous sommes partis à 7 Heures de l’hôtel. Comme ils ne servaient pas de petit déjeuner avant 8 Heures ( !), nous l’avons pris à la roumaine sur le trottoir avec un Nescafé d’automate et un ersatz de croissant. P1050817_1.jpg . C’était aussi bon que dans certains hôtels précédents … La première partie du parcours nous a obligé à emprunter une route très chargée notamment en camions. On se demande s’ils n’ont pas engagé un pari entre eux pour savoir quel est celui qui nous frôlera au plus près. C’est, après tout, un moyen comme un autre de désigner le plus crétin !!! Après une vingtaine de kilomètres, on a quitté la route principale et là, c’est tout de suite beaucoup plus sympathique. Les gens nous saluent systématiquement et cherchent le contact. Les villages sont très isolés et certaines scènes semblent sortir de l’histoire : vieilles paysannes courbées sous leur charges et le poids des ans, charrettes d’un autre âge tirées par des chevaux efflanqués, les hommes au café occupés à refaire le monde pendant que les femmes assument le rôle de cantonniers, familles roms dans leurs habits traditionnels, etc… P1050853_1.jpg P1050863_1.jpg . Il faut préciser que nous sommes dans une région peu peuplée, sans autre activité économique que l’agriculture. P1050842_1.jpg . Ce qui signifie notamment qu’il n’y a ni hôtel, ni pension, ni aucune autre forme d’hébergement à des dizaines de kilomètres. Face à cette situation, il n’y a qu’une solution : pédaler, pédaler, pédaler,…jusqu’à la prochaine ville. Le problème, c’est que la ville en question est très éloignée. Donc, nous n’avons pas eu le choix. Notre modestie dut elle en souffrir, nous avons pulvérisé notre record de distance, passé d’un coup de 100 à 137 Kms !!! Autant dire que la remise du brevet des 100 Kms effectuées en Hongrie, nous apparaît aujourd’hui comme une aimable manifestation. Je sais que certains, à l’heure du Tour de France d’où, même en Roumanie, bruissent certaines rumeurs, certains donc vont s’interroger sur la nature des produits absorbés. Alors autant être clair : oui nous sommes dopés ! Nos substances : Bière (toujours locale), coca-cola,, amandes, bananes, barres chocolatées ( soi-disant ?), successivement ou ensemble en fonction du métabolisme de chacun. Et, tout ceci, par une température dépassant les 35°… Exif_JPEG_PICTURE . Après ce marathon, nous nous sommes installés dans un hôtel Thermal à Calafat, relique de ces hôtels jadis fréquentés par la Nomenclatura roumaine (il y avait les mêmes en Russie et dans tout le Bloc de l’Est). Le problème, c’est que le bâtiment est resté à l’identique, sans aucune amélioration, ni entretien. Si vous ajoutez à cela, que la motivation et les prises de responsabilité du personnel (fort aimable au demeurant) son également d’époque, vous vous retrouvez par exemple dans une chambre sans lumières, mais avec Wi-fi, ce qui donne lieu à des scènes assez cocasses. Exif_JPEG_PICTURE . Dans le même registre, on vous remet le boîtier de commande pour la climatisation. Lorsque vous constatez que cela ne marche pas, vous redescendez à pied (entre temps l’ascenseur est tombé en panne) à la réception pour en demander une autre. Et là, très posément, on vous explique que cela ne sert à rien car la climatisation ne marche pas. Vous remontez donc (toujours à pied) dans votre chambre en vous interrogeant (sans trouver la réponse) sur les mécanismes de la pensée de votre interlocuteur…